Comment dix pour cent, comme appeler mon agent ! Avant cela, transforme la célébrité en texte ‹ Centre littéraire

Pour la plupart des artistes, l’idée que leur travail n’est complet qu’une fois qu’il y a un public avec lequel interagir est axiomatique.

Dans le monde de la littérature, vous avez des romanciers comme Ruth Ozeki chantant à quel point la fiction est à jamais un effort conjoint entre l’écrivain et le lecteur : “Quand nos esprits se connectent, nos cœurs s’ouvrent et nos tons commencent à résonner avec les mots sur la page, le résultat est une collaboration, une co-création, un livre que nous ne pouvons pas déposer.” Dans le monde des arts visuels, vous avez d’un côté des théoriciens du XXe siècle comme Walter Benjamin qui ont écrit des traités sur l’idée de aura– c’est-à-dire le sens presque surnaturel de l’authenticité qu’une œuvre d’art peut prendre lorsqu’elle est considérée par un public – et d’autre part, des artistes contemporains en activité comme l’aquarelliste Kristi Grussendorf disant carrément que “le succès, c’est quand [a] la peinture a sa propre relation et sa propre conversation avec le spectateur.

Et dans le monde du divertissement ? Eh bien, vous avez célébrité. Ce qui, si la fiction est une histoire qu’un lecteur et un écrivain inventent ensemble, et que l’art est le lieu d’une aura quasi surnaturelle à laquelle seul l’acte de regarder peut accéder, alors la célébrité – c’est-à-dire la réalité d’une personne n’étant pas seulement incroyablement célèbre, mais avoir établi un tel spectacle d’une image publique qu’elle est lue et analysée d’aussi près que n’importe quelle grande œuvre d’art, c’est tout cela et plus encore.

C’est du moins la prémisse à partir de laquelle le créateur Dominique Besnehard et la showrunner Fanny Herrero travaillaient lorsqu’ils ont développé la série comique française primée. Appelle mon agent! (en France, Dix pour cent), qui prend pour sujet non seulement le fonctionnement interne humoristique d’une agence de talents parisienne, mais aussi les vanités privées et les angoisses tout aussi risibles des célébrités françaises très réelles avec lesquelles ses agents fictifs travaillent.

Avec Camille Cottin, Thibault de Montalembert, Grégory Montel, Liliane Rovère et Fanny Sidney dans le noyau dur de l’agence fictive ASK, Appelle mon agent!– dont toute la série est diffusée en streaming pour le public américain sur Netflix – pose la question, et si les lumières artistiques les plus brillantes de France pouvaient lire leur célébrité comme le texte qu’elle est et jouer avec elle d’une manière totalement amusante et nouvelle ? Autrement dit, et si les célébrités françaises pouvaient développer un sens de l’humour (public) à propos de leur propre image ?

Pour un public américain, cette question pourrait sembler absurde. Il n’y a, après tout, rien que la célébrité américaine aime plus que de regarder avec amour son propre reflet : Julia Roberts jouant Julia Roberts dans Océan 12. James Van Der Beek jouant James Van Der Beek dans Ne faites pas confiance au B dans Apt 23. Keanu Reeves joue Keanu Reeves dans Soyez toujours mon peut-être. Nic Cage jouant Nic Cage dans Le poids insupportable du talent massif. Tout le monde se joue dans Épisodes. Tout le monde se joue dans Calme ton enthousiasme. Tout le monde se joue dans Les vrais maris d’Hollywood. Chacun se jouant, même, dans Rue de Sesame. À ce stade, la ligne de crédit “en tant que soi” est pratiquement un rite de passage en ce qui concerne la célébrité américaine.

Mais comme Appelle mon agent!Andréa Martel (Camille Cottin), la patronne préférée de la chienne, note dans un entretien 2021 avec Le temps irlandais, il n’en a pas été de même historiquement pour la célébrité française. “Ce n’est pas du tout une tradition française”, a déclaré Cottin au journal, contextualisant la difficulté que la série française a eue à recruter de grands noms français pour la première saison de l’émission. “Nous avons tendance à nous considérer comme des artistes, et l’autodérision ou l’autoparodie n’est pas quelque chose qui nous vient naturellement.”

Et pourtant, Appelle mon agent! a finalement pu réserver le crème de la crème de célébrités françaises. Rien que dans la première courte saison de la série, Herrero et son équipe ont réussi à attirer Cécile de France, Line Renaud, Françoise Fabian et JoeyStarr. À la fin de sa quatrième (et dernière) saison, cette liste de artistes célèbres avait grandi pour inclure Juliette Binoche, Guy Marchand, Isabelle Huppert, Jean Dujardin, Jean Reno, Nathalie Baye, la star de la NBA Tony Parker, et – bien que cela ne soit pas surprenant, étant donné le dévouement des célébrités américaines à l’autosatire décrit ci-dessus – la légende hollywoodienne Sigourney Weaver, qui était tombé si profondément amoureux des premières saisons de la série qu’il elle s’est inscrite pour le projet sans lire une seule page du scénario proposé par Hererro.

La vision britannique de l’envoi de la célébrité de ses stars est plutôt enracinée dans une sorte de faillibilité de tout le monde.

Ce qui a finalement convaincu ces artistes français sérieux d’eux-mêmes Appelle mon agent!est la cause? Selon Cottin, c’était l’ironie et la tendresse avec lesquelles l’équipe de Herrero traitait à la fois l’histoire et les artistes du cinéma français. Mais il ne faut pas être un spécialiste du cinéma pour comprendre qu’au-delà de prendre au sérieux l’art auquel de grands noms comme Renaud, Binoche et Dujardin ont attaché leur réputation personnelle et professionnelle, le fait que Appelle mon agent! n’a pas peur de traiter la célébrité de ses stars comme les textes qu’ils sont, fait du très gros travail, invitant à la fois l’acteur et le public dans le genre de collaboration aurastique qui rend tout art narratif vivant.

Délicieusement, Appelle mon agent!La compréhension de la célébrité en tant que texte s’est avérée un tel succès qu’elle a été reconceptualisée pour plusieurs marchés; en effet, il est sur le point de dépasser officiellement SKAM pour la plupart des adaptations internationales (de neuf à SKAM’s Sept). Le marché le plus récent pour obtenir le Dix pour cent cogner? Eh bien, dès ses débuts mondiaux le week-end dernier, ce serait le Royaume-Uni, où W1AJohn Morton a pris le modèle français et, en utilisant son style rat-a-tat signature, l’a transformé en quelque chose de complètement (lire: maladroitement) britannique.

En écho au titre original de la version française, Dix pour-cents (une référence à la réduction traditionnellement prélevée par les agents sur les chèques de paie de leurs clients) met en vedette Jack Davenport, Lydia Leonard, Maggie Steed, Prasanna Puwanarajah et Hiftu Quasem en tant que principaux acteurs derrière l’agence à moitié agitée Nightingale Hart, et suit, dans son première saison, bon nombre des mêmes scénarios que son ancêtre gaulois. Et là où ASK représentait des sommités comme Gérard Lanvin et Charlotte Gainsbourg, Nightingale Hart compte Helena Bonham Carter, David Oyelowo, Kelly Macdonald, Hamish Patel, Olivia Williams, Emma Corrin et Dominic West.

De manière convaincante, alors que les Français ont peut-être, comme l’affirme Cottin, été historiquement réticents à faire quelque chose d’aussi gauche que de parodier leur propre célébrité en jouant des versions fictives d’eux-mêmes pour rire, les Britanniques ont depuis longtemps maîtrisé l’art. Qu’est-ce que le Red Nose Day, après tout, si ce n’est un envoi à 34 ans de la célébrité comique de tout un pays?

Mais là où les Britanniques sont des experts de la forme, leur dévotion à l’autosatire n’est pas fondée sur le même narcissisme nombriliste (si divertissant) que celui d’Hollywood. Au contraire, en étant aussi distinct et littéralement éloigné du mythe brillant de la perfection d’Hollywood qu’il l’est, la position britannique sur l’envoi de la célébrité de ses stars est plutôt enracinée dans une sorte de faillibilité de tout le monde. Ceci est une auto-lecture que Morton Dix pour-centsdans sa première saison, se penche à chaque tournant, mais c’est peut-être le plus effronté dans l’épisode 3, dans lequel Dominic West (en tant que Dominic West) se retrouve dans une production de Hamlet qui a le personnage titulaire tellement obsédé par sa propre image qu’il la documente constamment, en temps réel, avec son smartphone, les images qu’il prend tout au long de ses monologues explosant jusqu’à un triptyque d’écrans de la taille d’un cinéma derrière lui au moment où ils atteignent le nuage .

Tous les deux Appelle mon agent! et Dix pour-cents faire prendre conscience à leur public de leur complicité dans la mythification de la célébrité elle-même.

L’ouest de Dix pour-centsLa vision de déteste absolument cela, sa propre image incessante le distrayant jusqu’à la panique (un problème que, naturellement, seul son agent de longue date peut résoudre). Quant à savoir ce que l’Occident du monde réel pourrait penser d’un tel projet ? Eh bien, c’est la question de l’heure. Comme le note la spécialiste des célébrités Anne Helen Petersen dans ses écrits sur les changements sismiques de pouvoir qui ont changé l’idée même de la célébrité au cours des dernières décennies dans le paysage culturel (principalement américain), comment le texte de la célébrité d’une star est médiatisé. Lorsque ladite médiation se produit dans la couverture d’un magazine sur papier glacé, le texte est organisé jusqu’à l’ennui; quand il est médiatisé par les propres médias sociaux d’une star, il est poli à un éclat mythique.

“La célébrité contemporaine est ennuyeuse parce que les célébrités – et, plus important encore, les plateformes et les franchises qui les contrôlent – sont trop puissantes”, écrit Petersen dans un article récent sur un “lancer” New yorkais profil de Jeremy Strong qui, en s’élevant à peine au-dessus de l’anodin, a réussi à attiser la fureur protectrice de l’image de ce qui ressemblait à la moitié d’Hollywood. “J’aimerais que certaines célébrités comprennent mieux cela : qu’exercer un contrôle total sur son image, c’est aussi en effacer tout le frisson et l’intérêt, le cœur même de leur charisme et de leur charme.”

Que se passe-t-il alors lorsque la célébrité est médiatisée par la salle des écrivains d’un projet comme Appelle mon agent! ou alors Dix pour-cents? Comme le souligne si bien la liste ci-dessus de projets américains auto-satiriques, c’est tout autre chose. Ou du moins, il pouvait être : en remettant le texte de leur célébrité à une bande d’auteurs comiques, West et toutes les autres vedettes invitées de Dix pour-cents sont – comme les stars hollywoodiennes gratifiantes et peu sérieuses Van Der Beek, Roberts et Cage avant eux – cèdent juste assez de contrôle qu’ils invitent à revenir dans le frisson même dont Petersen déplore l’absence.

C’est-à-dire que ce que nous voyons lorsque nous voyons West rager, rager contre la mort de la lumière de l’appareil photo du smartphone de Hamlet peut, en fait, ne pas être le moins du monde représentatif du tempérament artistique et des démons personnels du véritable Occident. En même temps, cependant, le réalisme clignotant de Dix pour-centsLa prémisse de invite son auditoire à croire qu’il pouvait être.

C’est là que réside le pouvoir de la prémisse “fausse agence de talents/vraie célébrité”: en obligeant leur public à réfléchir à la façon dont ces présentations vulnérables et loufoques de stars françaises et britanniques contribuent aux textes de leur célébrité réelle, à la fois Appelle mon agent! et Dix pour-cents faire prendre conscience à leur public, en même temps, de leur complicité dans la mythification de la célébrité elle-même.

Et en ce qui concerne les expériences de visionnage, c’est juste très amusant.

___________________

Nouveaux épisodes de Dix pour-cents déposez les vendredis sur Sundance Now et AMC +, et diffusez le lendemain sur AMC. Les quatre saisons de Appelle mon agent! sont en streaming maintenant sur Netflix.

Leave a Comment