Six comportements que les cadres supérieurs peuvent pratiquer pour développer des cultures d’empathie dans leurs organisations : la compétence d’intelligence relationnelle pour comprendre les autres

Récemment, un PDG que je coache m’a demandé : « Comment pouvons-nous créer une culture de l’empathie dans mon organisation ? L’empathie s’apprend-elle ? C’est une question fascinante et que les dirigeants se posent depuis le début de la pandémie mondiale de COVID-19. Ils se posent de plus en plus cette question car la main-d’œuvre d’aujourd’hui a changé. Les employés ne recherchent plus seulement le salaire, le titre et les promotions.

Ils veulent faire partie de cultures organisationnelles inclusives où des investissements sont faits dans leur développement professionnel. Au lieu de placer la valeur actionnariale au-dessus de tout, les grandes entreprises deviennent plus empathiques envers leurs employés. Il ne s’agit pas seulement d’attirer de nouveaux candidats, mais aussi de conserver leur main-d’œuvre dans un contexte d’attentes croissantes quant à ce que les employeurs doivent à leur personnel.

L’empathie est généralement définie comme une tendance naturelle à partager et à comprendre les expériences émotionnelles des autres. C’est la capacité d’imaginer ce que quelqu’un d’autre pourrait penser ou ressentir et de se mettre à sa place.

Aujourd’hui, alors que la main-d’œuvre continue d’évoluer, l’empathie est souvent discutée dans les organisations. Cependant, selon le 2021 «Étude sur l’état de l’empathie en milieu de travail», réalisée par la société de logiciels Buisnessolver, « Seul 1 employé sur 4 pense que l’empathie dans leur organisation est suffisante. Alors pourquoi l’empathie reste-t-elle une denrée si rare au travail ? Et comment les PDG et les cadres supérieurs peuvent-ils adopter les bons comportements pour créer des cultures plus empathiques ?

La clé numéro un pour développer une culture de l’empathie est la capacité d’intelligence relationnelle à comprendre les autres. Comprendre les autres, c’est la capacité d’investir intentionnellement le temps et les efforts nécessaires pour apprendre à connaître vos employés à un niveau approfondi. Pour que l’empathie soit modélisée et mise en pratique de manière cohérente, les employés doivent se sentir soutenus par leurs dirigeants. La seule façon de le faire efficacement est de prendre le temps de connaître vos collaborateurs individuellement.

Pour comprendre les autres, un leader doit avoir une bonne conscience de soi et un QE. Cela leur permet de traiter leurs propres émotions lorsqu’ils interagissent avec des collègues. Cela nécessite de fortes capacités d’écoute active. Cela crée la sécurité psychologique nécessaire pour que vos employés sentent que leurs pensées, leurs opinions et leurs points de vue comptent. C’est aussi être curieux et curieux.

Les leaders empathiques posent des questions approfondies pour en savoir plus sur les antécédents, l’histoire et les expériences de leurs employés. Pour bien comprendre les autres, les leaders doivent être sincères et authentiques. Cela jette les bases pour que les relations se développent au fil du temps et pour que l’empathie fasse partie du tissu de votre organisation.

Si vous souhaitez aider vos collaborateurs à développer une plus grande empathie, exercez-vous à comprendre ces six comportements des autres :

  1. Communication cohérente :
    L’empathie se construit sur la communication. Plus vous communiquez avec vos collaborateurs, plus vous avez d’opportunités de renforcer les relations. Cela vous aide à mieux comprendre vos employés. Cela leur permet également de vous connaître. Mais il ne s’agit pas seulement de la fréquence de vos communications, il s’agit de «comment» vous communiquez.

    Êtes-vous vraiment intéressé à connaître tous les membres de votre équipe? Pouvez-vous instaurer la confiance en étant honnête et transparent avec les autres ? Les grands communicateurs adaptent leur approche pour répondre aux besoins des différentes parties prenantes. Il s’agit d’avoir la capacité d’adaptation et l’agilité nécessaires pour rencontrer vos collaborateurs là où ils se trouvent et non là où vous pensez qu’ils doivent être.

  2. Création d’un langage commun :
    Souvent, le mot empathie peut signifier différentes choses pour différentes personnes sur le lieu de travail. Est-ce que vous apportez tout votre être au travail ? Est-ce cultiver la gentillesse ? Est-ce que cela fait de la place pour la sympathie et permet aux employés d’exprimer leurs griefs ? Ou est-ce la vulnérabilité de la modélisation de la haute direction ? Il est important de définir clairement ce que signifie l’empathie pour votre organisation.

    Cela commence au sommet de la suite c. Lorsqu’un langage commun est créé autour de l’empathie et des relations au travail, il y a un plus grand alignement sur la façon dont il doit être modélisé et pratiqué à tous les niveaux de votre entreprise.

  3. Authenticité de la modélisation :
    Pour briser les barrières traditionnelles sur le lieu de travail et créer une culture d’entreprise plus saine et plus empathique, il est important de trouver des moyens d’être plus authentique à propos de votre propre vie et de votre expérience de travail. Dans certaines organisations qui ont déjà une forte culture empathique, le concept de partage d’expérience peut suffire à accroître l’empathie et le soutien au sein de la communauté de travail.

    Pour les autres entreprises où il s’agit d’une pratique plus récente, envisagez de petites étapes comme faire appel à un expert en culture pour discuter de l’empathie sur le lieu de travail. Avec tout ce que vous faites sur le lieu de travail, apporter votre expérience de vie et votre véritable personnalité au travail est toujours le meilleur moyen de vous assurer que vous soutenez vos employés et vos équipes.

  4. Développer votre intelligence émotionnelle :
    Le QE est une compétence que tout le monde devrait apprendre. Notre capacité à comprendre nos propres émotions et celles des autres est essentielle pour développer l’empathie au travail. La première étape pour renforcer votre intelligence émotionnelle est de passer une évaluation de votre QE. Il existe un certain nombre de ces types de tests que vous pouvez trouver en ligne et qui sont similaires au Myers-Briggs ou à l’Ennéagramme.

    Une évaluation que nous utilisons régulièrement avec nos clients est le Bar-On Emotional Quotient Inventory (EQ-i). C’est un excellent outil pour vous donner un aperçu de vos compétences émotionnelles et sociales. Vous pouvez ensuite travailler avec un coach exécutif pour développer et améliorer davantage votre QE.

  5. Pratiquer l’écoute active :
    L’écoute active est une compétence acquise. La plupart des gens y ont une certaine propension, mais les grands leaders empathiques prennent l’habitude d’écouter les autres. J’ai appris que la meilleure façon d’améliorer cette compétence est de la pratiquer dans différents contextes. Trouvez du temps chaque mois pour rencontrer chacun de vos subalternes directs et concentrez-vous sur la réunion sur leur développement.

    Écoutez, donnez des conseils et offrez des commentaires. Faites-leur savoir que vous vous souciez de qui ils deviennent et pas seulement de ce qu’ils font aujourd’hui. Pratiquez l’écoute active avec vos pairs et les dirigeants au-dessus de vous dans l’organisation. Vous pouvez établir plus de relations en deux mois en vous intéressant aux autres qu’en deux ans en essayant d’intéresser les gens à vous.

  6. Recherchez des commentaires et observez les autres :
    Tout le monde a la possibilité de grandir lorsqu’il reçoit des commentaires. Les leaders qui sont humbles sont capables d’écouter les commentaires des autres et d’apporter des améliorations.
    C’est l’un des meilleurs moyens de favoriser une culture où les gens peuvent donner et recevoir des commentaires de manière honnête, franche et empathique.

    Il est également important de trouver des mentors et des modèles dans votre organisation qui pratiquent la compétence d’intelligence relationnelle pour comprendre les autres.

    Pour eux, l’empathie n’est pas un mot à la mode qu’ils utilisent lors des retraites d’entreprise. Cela fait partie de leur câblage et de la façon dont ils établissent des relations dynamiques et transformatrices avec les autres.

Si vous souhaitez que l’empathie fasse partie intégrante du tissu de votre organisation, vos hauts dirigeants doivent être intentionnels quant aux relations qu’ils établissent avec les employés. Comprendre les autres est l’une des compétences clés de l’intelligence relationnelle qui doit être maîtrisée pour ce faire. Cela ouvre la porte à la construction de cultures inclusives où l’empathie et la confiance peuvent se développer à tous les niveaux de votre organisation.


Écrit par le Dr Adam C. Bandellifondateur et directeur général de Bandelli & Associates et auteur de INTELLIGENCE RELATIONNELLE : LES CINQ COMPÉTENCES ESSENTIELLES DONT VOUS AVEZ BESOIN POUR CONSTRUIRE DES RELATIONS QUI CHANGENT LA VIE.
As-tu lu?
Créer un espace de transition sur le lieu de travail : comment amener les gens à changer par le Dr Victoria M. Grady.
La chance trouve ceux qui prennent des risques par Kamal Gupta.
Power Selling – Vous mettre dans votre plan de marketing par Mitche Graf.
Oui, vous pouvez créer une culture dans des organisations éloignées et hybrides. Voici comment par Charlotte Rush.

Suivez les dernières nouvelles en direct sur le magazine CEOWORLD et obtenez des mises à jour des nouvelles des États-Unis et du monde entier. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas nécessairement celles du magazine CEOWORLD.


Suivez les titres du magazine CEOWORLD sur Google Actualités, Twitter, et Facebook. Pour les questions des médias, veuillez contacter : info@ceoworld.biz

Leave a Comment