Sur mon radar : les temps forts culturels de Lias Saudi | Culture

Lias Saoudi est le leader des groupes de rock Fat White Family et Moonlandingz. Né d’un père algérien et d’une mère britannique, il grandit en Écosse et en Irlande du Nord avant de s’installer à Londres pour étudier à la Slade School of Fine Art. Depuis sa formation en 2011, Fat White Family a sorti trois albums acclamés de post-punk insalubres et est connu pour ses performances live provocantes. Avec l’auteure Adelle Stripe, Saoudi a écrit Dix mille excuses : Fat White Family et le miracle de l’échecune biographie du groupe publiée plus tôt cette année par Orion.

Matthew Bown - Le mélange absolu : Shit Art Positive

1. De l’art

Le mélange absolu : Shit Art Positive par Matthew Bown

Il s’agit d’un recueil qui est la première étude complète au monde sur la scatologie dans l’art. Il commence à l’époque médiévale, mais se concentre largement sur le XXe siècle et la théorie du dégoût. Il y a une quantité incroyable de choses là-dedans : Paul McCarthy, Duchamp, GG Allin, dont je suis un admirateur. Même Anish Kapoor fait une apparition. L’idée que quelqu’un se charge de cette tâche et aille aussi loin dans le caca, je la trouve irrésistiblement héroïque, d’une certaine manière. Selon le type d’invités que vous avez autour pour le thé ou quoi que ce soit, c’est le placement ultime de la table basse – le démarreur de conversation ultime.

2. Poésie

Nous par Zaffar Kunial

Poète britannique Zaffar Kunial.
Poète britannique Zaffar Kunial. Photographie : GL Portrait/Alay

C’est un petit recueil de poèmes exquis. C’est vraiment proche de l’os – à propos de ce genre d’expérience où vous êtes à moitié ouvrier du Nord, à moitié immigré musulman et les déconnexions inévitables – les choses ne sont tout simplement pas tout à fait approximatives, d’une certaine manière. Il y a un poème intitulé The Word, sur la façon dont son père parle. Il y a une étrange sympathie : vous avez affaire à un extraterrestre, et vous êtes en partie extraterrestre, et tout n’est pas concluant. Je ne pense pas avoir lu quelqu’un qui réussisse à l’ouvrir et à le disséquer si bien. C’est incroyablement douloureux, beaucoup, mais il y a une extase là-dedans, en ce sens que c’est une pure catharsis.

Guide rapide

Lettre de l’éditeur de Jarvis Cocker pour son édition collector d’Observer New Review

Spectacle

Bienvenue dans l’édition collector.

Nous collectionnons tous des choses.

Souvent sans s’en apercevoir.

Ouvrir un tiroir. Fouillez dans les poches de votre manteau.

Comment est-ce arrivé là-bas?

D’autres collections sont plus conscientes : livres, disques, baskets, tee-shirts, “j’aime”…

Tout ça c’est à propos de quoi?

J’ai écrit un livre intitulé Bonne pop, mauvaise pop, qui est basé sur les objets que j’ai trouvés dans le grenier d’une maison dans laquelle je vivais. Des objets que j’ai collectés au cours d’une vie et que j’ai ensuite laissés ramasser la poussière dans le noir. Pourquoi? Suis-je un thésauriseur ? Ou ai-je pensé que je mettais des choses de côté “pour un jour de pluie” ?

Qu’est-ce que l’impulsion de collection dit de nous, les humains ?

J’ai décidé de consacrer mon guest-edit du Observateur Nouvelle révision à enquêter sur cette question. L’auteur Olivia Laing m’a rencontré à la bibliothèque de Londres et m’a aidé à rassembler mes réflexions sur ce sujet et sur un certain nombre d’autres sujets. Il y a un article intitulé “Les collectionneurs”, qui explore différents aspects de la collection à travers des entretiens avec Peter Blake, l’artiste Andy Holden, la quilteuse Loretta Pettway Bennett, l’archiviste numérique (et activiste) Stephen Ellcock et d’autres. L’artiste Jeremy Deller rencontre Jonny Banger, fondateur de Sports Banger : un collectif rave/mode/banque alimentaire/activisme politique dont la dernière collection de vêtements porte le label « The People Deserve Beauty ». La galeriste Sadie Coles met en lumière les motivations des collectionneurs d’art dans notre Q&A. De plus, il y a Lias Saoudi (de Fat White Family) partageant ses points culminants culturels dans “Sur mon radar”. Une collection d’objets domestiques rendus en papier mâché dans « La grille ». Et un hommage d’anniversaire (sous forme de dessin animé) au seul et unique David Attenborough.

Je tiens à remercier Jane Ferguson et son équipe au Observateur pour m’avoir donné cette opportunité et avoir tout mis ensemble pour que tout ait un sens. Julian House conçu Bonne pop, mauvaise pop & a également apporté sa sensibilité graphique unique à cette édition du Nouvelle révision. Mog Yoshihara et Kelly Kiley de Rough Trade Management ont mis en place mes conversations Zoom avec les contributeurs. Jeannette Lee et Kim Sion avaient d’excellentes suggestions. Raina Lampkins-Fielder m’a fait découvrir le travail des fabricants de courtepointes de Gee’s Bend. Chrissy Blake a animé mon entretien avec Peter Blake. Javi Aznarez a dessiné un magnifique dessin animé. Merci à tous pour votre aide.

Bon dimanche.

Amour, Jarvis x

PS : il y a une liste de lecture de musique mentionnée dans Bonne pop, mauvaise pop – vous pouvez avoir un aperçu ici.

Merci pour votre avis.

3. Concert

Sarah Davachi à L’Église Saint-Eustache, Paris

Sarah Davachi.
Sarah Davachi. Photographie : Dicky Bahto

Je suis allé à ce concert en octobre dernier. C’était le cadre le plus incroyable : une église avec le plus grand orgue d’église de France. Sarah Davachi joue des trucs ambiants incroyablement clairsemés, tous des drones en couches avec des éléments électroniques et acoustiques, mais vraiment minimalistes, subtils. Sur le plan sonore, pour moi, c’est un peu comme remonter dans l’utérus. J’avais les yeux fermés tout le temps et je suis tombé dans une sorte de transe. Je me souviens d’avoir eu une vision que je traînais avec ma grand-mère algérienne, mais c’était une petite fille, et elle me faisait visiter les montagnes de Kabylie. C’était un vrai voyage.

Couverture du livre de Rob Doyle

4. Livre

Autobibliographie par Rob Doyle

C’est essentiellement son histoire de lecture : il choisit 52 livres – Nietzsche, Schopenhauer, Svetlana Alexievitch Le visage peu féminin de la guerre – et passe par sa relation personnelle avec chacun d’eux. Ils sont tous très fragmentés, mais au fur et à mesure, ils commencent à se transformer en croquis plus sombres et plus autobiographiques. Donc, ce qui commence comme une sorte de relecture stéréotypée finit par devenir assez choquant, exposant des morceaux d’auto-exposition et d’auto-lacération à la limite. Mais il sert également pratiquement de guide incroyablement utile pour ce que vous pourriez lire ensuite.

5. Film

Fils (Réalisé par Mick Jackson, 1984)

Karen Meagher dans Threads.
Karen Meagher dans Threads. Photographie: BBC

Je pensais que ce serait le bon moment pour tout le monde de revoir Fils, l’Armageddon basé à Sheffield, maintenant que la guerre froide est, eh bien, de retour à la mode. C’est un moment étrange pour que cela redevienne soudainement une perspective, comme si les choses n’allaient pas assez mal. Le fait qu’il se déroule à Sheffield ajoute vraiment à la douleur. J’associe cet accent à ma mère, donc il y a une innocence inhérente à tous les personnages qui le rend absolument viscéral. Je pense que si c’était plus synthétique et hollywoodien, cela n’évoquerait pas la même terreur, mais parce que la production des années 80 est un peu bâclée, elle semble plus crédible.

6. Album

Montagnes violettes par Purple Mountains

Je suis dans une sorte de cul-de-sac musical en ce moment – ​​j’écoute soit de l’ambient, soit du Bob Dylan. Mais j’ai pensé que je choisirais le dernier album de David Berman, de Silver Jews, sorti en 2019. C’est sans doute la plus grande note de suicide de l’histoire de la musique – en écoutant les paroles, la conclusion que vous tirez est inévitable, ce qui signifie qu’il a dû avoir ça à l’esprit qu’il était sur le point de sortir. Ce doit être l’un des disques les plus courageux et les plus audacieux que j’ai entendus depuis des années – c’est l’honnêteté brutale combinée à l’esprit acerbe du lyrisme qui le fait pour moi. Je ne peux pas m’empêcher de l’écouter.

Leave a Comment